Oxitec’s failed GM mosquito releases worldwide: Forewarnings for Africa and the Target Malaria project

A decade ago, genetically modified (GM) mosquitoes were first released globally, in the Cayman Islands, by UK-based company Oxitec. Further releases followed in Malaysia, Panama and Brazil.

In a public relations whitewash, Oxitec has repeatedly claimed that the experiments successfully wiped out nearly 90% of the Aedes aegypti mosquito population, which is one of the vectors to transmit tropical diseases such as dengue fever, zika and chikungunya. Their approach was to release GM mosquitoes carrying a trait designed to kill both the male and female offspring before reaching adulthood.

However, these claims are not supported by the evidence that has become available on the releases, which were denounced as a failure by the Cayman Islands government. Most tellingly, Oxitec has quietly halted the planned releases of these GM mosquitoes in other countries.

This briefing: Oxitec’s failed GM mosquito releases worldwide: Forewarnings for Africa and the Target Malaria project, by the ACB, GeneWatch UK and Third World Network, which is also translated into French, details the very serious concerns arising from the releases of GM mosquitoes around the world, which range from the risks posed to local populations and the environment to the lack of adequate risk assessment and flouting of international and local regulations. In this vlog, Dr Helen Wallace from GeneWatch UK highlights some key points.

In Africa, we need to heed these lessons, as the Gates-funded Target Malaria project has its sights on the continent, with the imminent planned release of 10 000 GM mosquitoes in Burkina Faso, which has raised ethical, scientific and regulatory concerns. The Gates Foundation also provides funding for Oxitec’s GM mosquito research. Ultimately, Target Malaria is preparing to use novel GM “gene drive” technology, also known as “extinction” or “exterminator” technology, allegedly to suppress the populations of mosquitoes that transmit malaria. (See below for links to other papers on the issue of GM Mosquitoes in Africa, by ACB, GeneWatch UK and TWN.)

Misleading publicity has led to significant opportunity costs and the exposure of people to unnecessary risks. We do not want a repeat of Oxitec’s mistakes in Africa, where biosafety capacity is either non-existent or sorely lacking and where there is a lack of fully informed consent for the planned experiments; poor compliance with regulatory requirements; unjustified hype about what the experiments can deliver; a lack of transparency and public consultation; and a lack of debate about alternatives.

Resisting these potentially dangerous and irreversible experiments has an added challenge: African institutions, up to the highest level of the African Union and the African Group negotiation bloc at international treaty negotiations, have been coopted to not only support, but aggressively advocate for, this technology.

We call for a halt to these releases and demand consultative processes that are open, transparent and inclusive, as well as discussions about long term sustainable alternatives to address malaria on the continent.

 

PUBLICATION COVER
ENGLISH briefing
COUVERTURE DE PUBLICATION
FRENCH briefing

 

 

For more information, please see these two briefing papers and a press release by ACB, GeneWatch UK and Third World Network:

Briefing Paper: GM Mosquitoes in Burkina Faso

AU’s premature and misguided endorsement of controversial, unproven gene drive mosquitos for malaria ‘eradication’ in Africa

Africa Group captured by colonial medicine, agribusiness and US military interests on gene drives at UN Biodiversity Conference

 


 

Echec de la dissémination des moustiques génétiquement modifiés d'Oxitec dans le monde : Mises en garde à destination de l'Afrique et du projet Target Malaria

Il y a dix ans, Oxitec, une société basée au Royaume-Uni, relâchait pour la première fois des moustiques génétiquement modifiés dans l'environnement. Par la suite, la société a procédé à de nouveaux lâchers en Malaisie, Panama et au Brésil.

Publication CoverDans une campagne de relations publiques visant à se blanchir, Oxitec a affirmé à plusieurs reprises que ses expérimentations avaient permis d'éliminer près de 90 % de la population de moustiques du genre Aedes aegypti, vecteurs de maladies tropicales telles que la dengue, le zika et le chikungunya. Son approche consistait à disséminer des moustiques GM porteurs d'un trait conçu pour tuer à la fois la progéniture mâle et femelle avant qu'elle n'atteigne l'âge adulte.

Ces affirmations ne sont cependant pas étayées par les preuves qui ont pu être mises à disposition sur ces lâchers, que le gouvernement des îles Caïman a dénoncés comme étant un échec. Plus révélateur encore, Oxitec a discrètement mis fin aux lâchers de ces moustiques GM prévus dans d'autres pays.

Cette note de synthèse « Echec de la dissémination des moustiques génétiquement modifiés d'Oxitec dans le monde : Mises en garde à destination de l'Afrique et du projet Target Malaria », préparée par ACB, GeneWatch UK et Third World Network et traduite en français, détaille les très vives inquiétudes que suscitent les lâchers de moustiques GM dans le monde, allant des risques que cela fait encourir aux populations locales et à l'environnement, à l'absence d'évaluation du risque et au mépris des réglementations internationales et locales.

Nous nous devons de tenir compte de ces leçons en Afrique, notamment maintenant que le projet Target Malaria, financé par la Fondation Gates, a des vues sur le continent, avec la programmation de la dissémination imminente de 10 000 moustiques GM au Burkina Faso (la Fondation Gates a également financé les lâchers de moustiques GM d'Oxitec). Target Malaria se prépare en définitive à utiliser une technologie de « forçage génétique » innovante de deuxième génération, également connue sous le nom de technologie d’extinction ou « exterminator ».

Le battage médiatique mensonger a engendré des coûts d'opportunité considérables et l'exposition des populations à des risques inutiles. Nous ne souhaitons pas voir les erreurs d'Oxitec se reproduire en Afrique, où les capacités en matière de biosécurité sont non-existantes ou font cruellement défaut et où on note une absence de consentement pleinement éclairé pour les expérimentations prévues, un manque de respect à l’égard des exigences réglementaires, un battage médiatique injustifié sur ce qu’apporteront les expérimentations, un manque de transparence et de consultation publique et un manque de débat autour des alternatives possibles.

La résistance à ces expérimentations potentiellement dangereuses et irréversibles présente une difficulté supplémentaire : les institutions africaines, jusqu'au plus haut niveau de l'Union africaine et le blocage des négociations par le Groupe africain lors des négociations sur le traité international, ont été cooptées non seulement pour appuyer, mais aussi pour défendre agressivement cette technologie.

Nous devons appeler à l’interruption de ces lâchers et exiger des processus consultatifs ouverts, transparents et inclusifs, ainsi que des discussions sur des alternatives durables sur le long terme afin de remédier au problème du paludisme sur le continent.

Dans ce blog vidéo, le Dr Helen Wallace, de GeneWatch, souligne des éléments clés, en anglais: