The GM potato push in Rwanda: With regulatory hurdles in Uganda, is this the industry’s fall back?

Sauter au français

To enable the introduction of the first GM crop to be grown in Rwanda – a GM potato variety named ‘Victoria’ – the Rwandan government is fast-tracking the development of a biosafety policy and legal framework.
Civil society is deeply concerned about the potential risks of this GM potato variety, which has been genetically modified through cisgenesis – a process that involves taking three genes from three wild South American potato varieties to confer resistance to late blight.

Late blight has a devastating impact on potato farmers globally, with yield losses in East Africa alone estimated at up to 70%. This has led to Rwandan farmers using more pesticides, particularly fungicides – normally eight applications of three different chemicals each season. Not only does this excessive use of fungicide come at a high financial, environmental and health cost but it has also led to increased resistance in late blight, which is caused by a pathogen that quickly adapts into new strains, living on and between crops as mycelium.

Understandably, the Rwandan government would like to reduce vulnerability to late blight, increase yields and reduce the amount of fungicide used in the growing of potatoes.

However, will this GM potato fulfil on its promise to provide a solution?

Civil society thinks not, raising several issues that are articulated in this briefing paper published by the African Centre of Biodiversity (ACB), based in South Africa, and Participatory Ecological Land Use Management (PELUM) Rwanda.

ACB Advocacy and Research Officer Linzi Lewis points out that: “Cisgenesis modification is a relatively new technique, and it is not yet clear how the stack of three genes will interact with each other or with the genetic material of the host plant. It is also highly likely that the late blight pathogen will develop resistance to this technology.”

Country Coordinator of PELUM Rwanda, Johnson Mwebaze, further comments, “We are very concerned about the lack of participatory stakeholder engagement with farmers and consumers and the limited information available on the long-term consequences of patenting of genetic constructs, as well as the proprietary issues concerning the GM seed and benefit-sharing agreements.”

There is no clarity on how the GM potato will be distributed or sold. If distributed through the government’s Crop Intensification Program to farmers that are part of the Land Use Consolidation Program, farmers will have no choice but to use what is provided to them. Then the GM potato will quickly enter the informal seed market through farmer seed saving and exchange, and contaminate farmers’ potato seed stocks. Eventually, Rwandan farmers will also be forced into paying the high costs associated with GM seed production and technology.

The timing of this sudden focus on Rwanda, by corporate agricultural interests, is also curious. Could it be due to the regulatory backstop they are encountering in neighbouring Uganda where, in a surprise move, President Museveni rejected the GMO bill in April 2019? This has pushed the proposed 2020 commercial debut of the GM potato in Uganda into regulatory limbo, despite the stage being set, with current multi-location trials that follow on from earlier trials between 2015 and 2017.

The involvement of the International Potato Centre and United States Agency for International Development (USAID) in the Ugandan GM potato trials seems to be key to Rwandan’s adoption of the GM variety, given their significant presence in the country and investments in the potato value chain.

The International Potato Centre partnered with Uganda’s National Agricultural Research Organisation for field trials to test the potatoes’ resistance to late blight in the absence of fungicide applications, where the GM potatoes were grown under ideal conditions. An array of insecticides to combat other common pests and 300 kilograms of fertiliser per hectare, were used.

In contrast, Rwandan’s current average fertiliser use is a tenth of that. While farmers may save on the costs of fungicide, they will face other input, financial and ecological costs. But even these savings will be short-lived, since late blight is sure to develop resistance.

Lewis explains: “While late blight is a major issue for potato farmers and consumers, and the continuous need to apply expensive and toxic fungicides are also causes for concern, the adoption of this GM potato variety is short-sighted. Beyond the issue of resistance of late blight, making the GM potato unable to respond to the challenge it is meant to address, this framing excludes tried and trusted solutions to mitigate late blight.”

These could include choosing naturally resistant varieties and practising crop rotation, as well as good agricultural techniques. There are also more appropriate interventions that could be provided through the agricultural sector, such as appropriate storage facilities, investments in processing, support for agroecological production aimed at producing maximum nutritional outcomes, and heightened training and support for farmer cooperatives.

It is clear, however, that Rwanda is altering the trajectory of its agricultural sector, overlooking the significant role smallholder farmers play in seed and food supply, and pushing aside the livelihoods of smallholder farmers in the country.

Click here to access the full briefing.

GM Potato Push in East Africa: Andean and African farmers condemn digital sequence information of potatoes from centres of origin – opens doors for biopiracy

On a related note, at the potato’s centre of origin in the Andes, where GM potatoes are banned, indigenous farmers agreed with African farmers and civil society that GM potatoes are a terrible idea.

On 28 February, an international gathering in Cusco, Peru was organised by Asociación ANDES, Parque de le Papa (a community-led protected agroecological region known as the Potato Park), the African Centre for Biodiversity and Swift Foundation. It was heard how the GM potato for Africa is being framed by its backers as a philanthropic effort to release GM technologies in Africa, ostensibly to stop the fungal disease, the late potato blight.

To read the press release that came out of this meeting, click here and to go directly to the briefing drawn up regarding this issue, click here.

To set up interviews, or for more information, please contact deidre@acbio.org.za

African Centre for Biodiversity
The ACB is a research and advocacy organisation working towards food sovereignty and agroecology in Africa, with a focus on biosafety, seed systems and agricultural biodiversity. The organisation is committed to dismantling inequalities and resisting corporate-industrial expansion in Africa’s food and agriculture systems. Our current geographical focus is Southern and East Africa, working in extensive continental and global networks.

PELUM Rwanda
This non-profit organisation is dedicated to facilitating effective learning, networking and advocacy that is designed to achieve sustainable community empowerment and improved food security and asset accumulation, by the rural communities across Rwanda. There are an estimated 50,000 small-scale farmers that are affiliated to member organisations of PELUM Rwanda, in order to improve their livelihoods and food security. PELUM ASSOCIATION is a regional network operating in 12 Eastern, Central, and Southern African countries. Contact: pelumrwanda@ymail.com

 Communiqué de presse

Poussée en faveur de la pomme de terre génétiquement modifiée au Rwanda 

Suite aux obstacles réglementaires rencontrés en Ouganda, est-ce le plan de repli de l'industrie ?

En vue de permettre l'introduction de la première culture transgénique au Rwanda – une variété de pomme de terre génétiquement modifiée appelée "Victoria" – le gouvernement rwandais est en train d’accélérer le développement d'une politique et d'un cadre juridique de biosécurité.

La société civile est très préoccupée par les risques potentiels que présente cette variété de pomme de terre transgénique, qui a été génétiquement modifiée par cisgénèse – un processus qui implique le prélèvement de trois gènes issus de trois variétés de pommes de terre sauvages d'Amérique du Sud pour leur conférer une résistance au mildiou.

Le mildiou a un impact dévastateur sur les producteurs de pommes de terre dans le monde entier, les pertes de rendement en Afrique de l'Est étant estimées à 70%. Cela a conduit les agriculteurs rwandais à utiliser davantage de pesticides, en particulier des fongicides – consistant en temps normal à huit applications de trois produits chimiques différents à chaque saison. Non seulement cette utilisation excessive de fongicides implique un coût financier, environnemental et sanitaire élevé, mais elle a également entraîné une résistance accrue au mildiou, lequel est causé par un agent pathogène qui vit sur et entre les cultures comme un mycélium et qui s'adapte rapidement à de nouvelles souches.

Il est compréhensible que le gouvernement rwandais souhaite réduire la vulnérabilité au mildiou, ainsi qu’augmenter les rendements et réduire la quantité de fongicides utilisés dans la culture de la pomme de terre.

Cependant, cette pomme de terre génétiquement modifiée apportera-t-telle réellement la solution promise ? La société civile pense que non, soulevant plusieurs questions qui sont articulées dans un document d'information publié par le Centre africain pour la biodiversité (ACB), basé en Afrique du Sud, et Participatory Ecological Land Use Management (PELUM) au Rwanda.

Linzi Lewis, responsable du plaidoyer et de la recherche à l'ACB, souligne que

« la modification par cisgénèse est une technique relativement récente, et (que l’) on ne sait pas encore très bien comment ces trois gènes empilés vont interagir les uns avec les autres ou avec le matériel génétique de la plante hôte. Il est également fort probable que l'agent pathogène du mildiou développe une résistance à cette technologie ». 

Le coordinateur national de PELUM Rwanda, Johnson Mwebaze, ajoute :

« Nous sommes très préoccupés par le manque de consultation participative des parties prenantes avec les agriculteurs et les consommateurs et par le peu d'informations disponibles sur les conséquences à long terme du brevetage des constructions génétiques, ainsi que par les questions de propriété intellectuelle concernant les semences transgéniques et les accords de partage des bénéfices ».

Le flou demeure sur la manière dont la pomme de terre génétiquement modifiée sera distribuée ou vendue. Si elle en venait à être distribuée aux agriculteurs qui font partie du programme de remembrement des terres, par le biais du programme d'intensification des cultures du gouvernement, alors les agriculteurs n'auront d'autre choix que d'utiliser ce qui leur est fourni. La pomme de terre transgénique pénétrera dès lors rapidement le marché semencier informel grâce à la conservation et à l'échange des semences paysannes, et contaminera les stocks de semences de pommes de terre paysannes. À terme, les agriculteurs rwandais seront également contraints de payer les coûts élevés liés à la production et à la technologie des semences transgéniques.

Aussi, cette soudaine focalisation sur le Rwanda, portée par des intérêts agricoles corporatifs, survient-elle à un moment qui soulève des questions. Serait-ce dû aux difficultés réglementaires que les industriels rencontrent en Ouganda, pays voisin où, dans un geste qui a surpris, le président Museveni a rejeté le projet de loi sur les OGM en avril 2019 ? Cette décision a jeté le projet de lancement commercial de la pomme de terre génétiquement modifiée en Ouganda en 2020 dans les limbes réglementaires, en dépit du fait que des essais soient en cours sur plusieurs sites, qui font suite à des essais antérieurs entre 2015 et 2017. 

L'implication du Centre international de la pomme de terre et de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) dans les essais de pommes de terre transgénique en Ouganda semble être la clé de l'adoption de la variété transgénique par le Rwanda, étant donné leur présence importante dans le pays et leurs investissements dans la chaîne de valeur de la pomme de terre. 

Le Centre international de la pomme de terre s'est associé à l'Organisation nationale ougandaise de recherche agricole pour des essais en plein champ visant à tester la résistance des pommes de terre au mildiou en l'absence d'applications de fongicides, et où les pommes de terre transgéniques ont été cultivées dans des conditions idéales. Toute une panoplie d'insecticides visant à lutter contre d'autres parasites communs et 300 kg d'engrais par hectare ont été appliqués. 

Or l'utilisation moyenne actuelle d'engrais au Rwanda équivaut à un dixième de ce volume. Si les agriculteurs en venaient à économiser sur les coûts des fongicides, ils devront tout de même acheter des intrants et porter d'autres coûts financiers et écologiques. Mais même ces économies seront de courte durée, car il est certain que le mildiou développera une résistance. 

C'est ce qu'explique Madame Lewis :

« Bien que le mildiou soit un problème majeur pour les producteurs et les consommateurs de pommes de terre, et que la nécessité d'appliquer continuellement des fongicides coûteux et toxiques soit aussi une source de préoccupation, l'adoption de cette variété de pomme de terre génétiquement modifiée est une solution à courte vue. Au-delà de la question de la résistance au mildiou, qui rend la pomme de terre transgénique incapable de répondre au défi qu'elle est censée relever, ce cadre exclut les solutions éprouvées et fiables qui existent pour atténuer le mildiou ».

Ceci pourrait consister à choisir des variétés naturellement résistantes et à pratiquer la rotation des cultures, ainsi que de bonnes techniques agricoles. Il existe également des interventions plus appropriées qui pourraient être fournies par le secteur agricole, telles qu’un entreposage approprié, des investissements dans la transformation, un soutien à la production agroécologique visant à obtenir des résultats nutritionnels optimaux, ainsi qu'une formation et un soutien accrus apportés aux coopératives d'agriculteurs. 

Il demeure clair, cependant, que le Rwanda est en train de modifier la trajectoire de son secteur agricole, une trajectoire qui néglige le rôle important que jouent les petits exploitants dans l'approvisionnement en semences et en nourriture, et qui marginalise leurs moyens de subsistance.

Cliquez ici pour accéder au rapport complet. 

Poussée en faveur de la pomme de terre génétiquement modifiéeen Afrique de l'Est : les agriculteurs andins et africains condamnent les informations de séquençage numérique de pommes de terre provenant de centres d'origine – la porte ouverte au biopiratage

Au centre d'origine de la pomme de terre situé dans les Andes, où les pommes de terre génétiquement modifiées sont interdites, les agriculteurs autochtones sont d'accord avec les agriculteurs africains et la société civile pour dire que les pommes de terre génétiquement modifiées sont une très mauvaise idée.

Cliquez ici pour accéder au communiqué de presse conjoint de l’Asociación ANDES, de la Fondation Swift, du Parque de la Papa, du Centre africain pour la biodiversité et de Pelum Rwanda. Vous pouvez lire le document d'information ici.

----Fin----

Pour toute demande d’entretiens ou pour plus d'informations, veuillez contacter deidre@acbio.org.za

Le Centre africain pour la biodiversité

L'ACB est une organisation de recherche et de plaidoyer qui œuvre en faveur de la souveraineté alimentaire et de l'agroécologie en Afrique, avec un intérêt particulier pour la biosécurité, les systèmes semenciers et la biodiversité agricole. L'organisation s'est engagée à démanteler les inégalités et à résister à l'expansion des entreprises industrielles dans les systèmes alimentaires et agricoles africains. A l'heure actuelle, nous travaillons essentiellement sur l'Afrique australe et l'Afrique de l'Est, par le biais de nos vastes réseaux au niveau continental et international.

PELUM Rwanda 

Cette organisation à but non lucratif se consacre à faciliter l'apprentissage, la mise en réseau et le plaidoyer en faveur des communautés rurales à l’échelle du Rwanda, dans le but de leur conférer des moyens d'action durables et d'améliorer leur sécurité alimentaire et l'accumulation de biens. On estime à 50 000 le nombre de petits agriculteurs qui sont affiliés aux organisations membres de PELUM Rwanda, afin d'améliorer leurs moyens d’existence et leur sécurité alimentaire. L'Association PELUM est un réseau régional qui opère dans 12 pays d'Afrique orientale, centrale et australe.

Contact : pelumrwanda@trasngéniqueail.com