GM Potato Push in East Africa

Andean and African farmers condemn digital sequence information of potatoes from centres of origin – opens doors for biopiracy

Passer à la version française

Cusco, Peru; Johannesburg, South Africa and Kigali, Rwanda – 05 March, 2020

Billionaire potato overlords on both sides of the North Atlantic want to see genetically modified (GM) potatoes spread across the world. They rely on the collaboration of the Lima, Peru-based research institute, the International Potato Center (CIP), which is pushing to release a GM potato in East Africa, genetically engineered through cisgenesis.

You can read the full briefing paper here.

At the potato’s centre of origin in the Andes, where GM potatoes are banned, indigenous farmers agree with African farmers and civil society that GM potatoes are a terrible idea.

On 28 February, an international gathering in Cusco, Peru was organised by Asociación ANDES, Parque de le Papa (a community-led protected agroecological region known as the Potato Park), the African Centre for Biodiversity and Swift Foundation. It was heard how the GM potato for Africa is being framed by its backers as a philanthropic effort to release GM technologies in Africa, ostensibly to stop the fungal disease, the late potato blight.

But CIP’s GM potato quietly includes genes synthesised from digital sequence information (DSI) taken from Genbank, the international DSI database. The genes are from potato relatives that were collected many years ago and the rights to those genes are not clear. Such situations of misuse of DSI are the subject of major international debate. If African farmers are essentially tricked into adopting this DSI-derived GM potato, CIP will create a situation harmful to the interests of African and Andean small farmers, whose knowledge and resources are threatened by the new kinds of biopiracy enabled by DSI.

With attendees convinced that the GM potato is a narrow and short-sighted technological fix that is inappropriate for smallholder farmers, the workshop resulted in the formation of an Andes-Africa alliance against the cultivation of GM potato in Africa.

“For Andean farmers late potato blight is nothing new,” says Lino Mamani, traditional gene bank curator of the Potato Park in Cusco. “We have lived with it for thousands of years. Despite late blight, we have the greatest potato diversity that can found be anywhere in the world.” On controlling disease, “The key is diversity, when diversity shrinks, the Phytophthora strains multiply,” Mamani adds, referring to the blight fungus by its scientific name.
 

 Ricardo Pacco of Asociación ANDES notes that late potato blight is far from being a uniquely African problem.

“Potato blight is endemic here in the Andes and elsewhere, so the picture of small farmers in Uganda and Rwanda clamouring for GM potato to save them from a centuries’ old problem that is managed without GM elsewhere sounds like a false and contrived imperialist prank,” says Pacco. “We know that GMOs are a fad, we know that they are false solutions.”

 Alejandro Argumedo, Andes Amazon lead for the Swift Foundation, is disturbed by the role that CIP is playing in pushing GM potatoes in Africa.

“GM potatoes are banned in Peru, so why is CIP trying a potato in Africa that would be illegal in its home country? CIP should be cultivating good relationships with the Andean indigenous stewards of potato diversity, rather than encouraging further corporate appropriation of potato by supporting the cultivation of a risky GM technology.” He further argues, “Andean indigenous peoples created the potato and conserve its diversity in their fields. They are key to the future of potato, and to see CIP undermining their rights is something that must be condemned.”

 Country Coordinator of PELUM Rwanda, Johnson Mwebaze had this to say:

“Rwandan farmers work plots that are an average of 0.5 hectares – 80% are under one hectare. Most are on hillsides, and less than 5% are irrigated, making them ill-suited for input-intensive agriculture. Reports of high yields from the GM potato are based on trials under wildly unrealistic conditions, at least for the average resource constrained Rwandan farmer.”

 Ugandan Lawyer Barbara Ntambirweki comments:

“We are outraged that Africa could be tricked into cultivating a DSI-derived GM potato, which could pave the way for the theft of the traditional knowledge and resources of indigenous and peasant farmers in the Andes.”

 African Centre for Biodiversity Director Mariam Mayet participated in various biodiversity related international negotiations.

“The disagreement over benefit sharing for DSI caused the collapse of a six-year Plant Treaty (the ITPGRFA) negotiation aimed at overhauling the Treaty’s malfunctioning benefit sharing system. DSI continues to be a major site of controversy on the agenda of the Convention on Biological Diversity. It is certainly mischievous of the CIP to be pushing a DSI-derived potato into Africa.”

The Andes-Africa Alliance is composed of indigenous peoples and small farmer groups representing thousands of potato producers and guardians, civil society organisations, and supporters. The Alliance rejects genetically engineered crops as a solution to food challenges and rejects corporate dominated food and seed systems, particularly as alleged solutions to the challenges of climate change.

The Alliance will work together to promote indigenous and local food and seed systems and agroecology as the best strategy to produce healthy and nutritious food, while protecting and enhancing ecosystems. The Alliance will also work to protect centres of origin and diversity of crops, and the biocultural heritage that goes with it. This means continuing to keep out GM varieties and protecting the rights and knowledge of indigenous farmers, including in relation to DSI.

BACKGROUND
A short paper has been published by Asociación ANDES, PELUM Rwanda and the ACB, which contains perspectives from Andean potato farmers, and information on DSI and the GM potato proposed for East Africa, as well research on the European and American billionaire backers of GM potatoes.

Read the briefing paper here.

The African Centre for Biodiversity (ACB) in Johannesburg and PELUM Rwanda have also recently published a study that outlines the situation of potato farmers in Rwanda who, alongside Ugandan farmers, are being targeted by GM potato promoters. The ACB/PELUM study raises key issues and concerns about the GM potato. Read that paper here.

For more information:

Asociación ANDES: andes@andes.org.pe

Swift Foundation: alejandro@swiftfoundation.org

Parque de la Papa: pdp@andes.org.pe

African Centre for Biodiversity: mariam@acbio.org.za

Pelum Rwanda: pelumrwanda@ymail.com

Photos above are courtesy of Asociación ANDES

Photos on page three and four of the briefing are courtesy of Thomas Müller.

Poussée en faveur de la pomme de terre génétiquement modifiée en Afrique de l'Est : les agriculteurs andins et africains condamnent les informations de séquençage numérique de pommes de terre provenant de centres d'origine – la porte ouverte au biopiratage

Cusco, Pérou ; Johannesburg, Afrique du Sud et Kigali, Rwanda - 20 mars 2020

De part et d’autre du Nord de l'Atlantique, les grands patrons milliardaires de la pomme de terre veulent voir les pommes de terre génétiquement modifiées se répandre dans le monde entier. Ils comptent sur la collaboration de l'institut de recherche de Lima, au Pérou, et du Centre international de la pomme de terre (CIP), qui pousse à la diffusion d'une pomme de terre génétiquement modifiée par cisgénèse en Afrique de l'Est.

Au centre d'origine de la pomme de terre situé dans les Andes, où les pommes de terre génétiquement modifiées sont interdites, les agriculteurs autochtones sont d'accord avec les agriculteurs africains et la société civile pour dire que les pommes de terre génétiquement modifiées sont une très mauvaise idée.

Vous pouvez lire le document d'information ici.

Le 28 février, un rassemblement international à Cusco, au Pérou, a été organisé par l'Asociación ANDES, le Parque de le Papa (une région agroécologique protégée sous gestion communautaire, connue sous le nom de Parc de la pomme de terre), le Centre africain pour la biodiversité et la Fondation Swift. On y expliqua comment la pomme de terre génétiquement modifiée pour l'Afrique est présentée par ses promoteurs comme une initiative philanthropique visant à diffuser les technologies de la modification génétique en Afrique, prétendument pour enrayer une maladie fongique, le mildiou de la pomme de terre.

Mais, de manière discrète, cette pomme de terre génétiquement modifiée du CIP comporte des gènes synthétisés à partir d'informations de séquençage numérique (ISN) provenant de Genbank, la base de données internationale d’ISN. Les gènes proviennent de parents de la pomme de terre qui ont été recueillis il y a de nombreuses années, et les droits sur ces gènes ne sont pas clairs. De tels cas d'utilisation abusive de l’ISN font l'objet d'un grand débat international. Si les agriculteurs africains sont amenés par la ruse à adopter cette pomme de terre génétiquement modifiée issue de l’ISN, le CIP créera une situation préjudiciable aux intérêts des petits agriculteurs africains et andins, dont les connaissances et les ressources sont menacées par les nouveaux types de biopiratage que permet l’ISN.

Les participants étant convaincus que la pomme de terre génétiquement modifiée est une solution technologique restreinte et à courte vue qui ne convient pas aux petits agriculteurs, a fait que l'atelier a abouti à la formation d'une alliance Andes-Afrique contre la culture de la pomme de terre génétiquement modifiée en Afrique. 

« Pour les agriculteurs andins, le mildiou de la pomme de terre n'est pas nouveau », déclare Lino Mamani, responsable de la banque de gènes traditionnelle du Parc de la pomme de terre à Cusco. « Nous avons vécu avec ce fléau pendant des milliers d'années. Malgré le mildiou, nous avons la plus grande diversité de pommes de terre que l'on puisse trouver dans le monde ». Pour ce qui est de la lutte contre les maladies, « la clé est la diversité, lorsque la diversité diminue, les souches de Phytophthora se multiplient », ajoute M. Mamani, qui fait référence au champignon du mildiou par son nom scientifique. 

Ricardo Pacco, de l'Asociación ANDES, remarque que le mildiou de la pomme de terre est loin d'être un problème uniquement africain. « Le mildiou de la pomme de terre est endémique ici dans les Andes et ailleurs, alors l'image de petits agriculteurs en Ouganda et au Rwanda qui réclament des pommes de terre génétiquement modifiées pour les sauver d'un problème vieux de plusieurs siècles qui est géré sans OGM ailleurs, sonne comme une farce impérialiste mensongère et inventée de toutes pièces », explique Pacco. « Nous savons que les OGM sont une mode passagère, nous savons qu'ils apportent de fausses solutions ».

Alejandro Argumedo, responsable de la Fondation Swift pour l'Amazonie andine, est troublé par le rôle que joue le CIP dans la promotion des pommes de terre génétiquement modifiées en Afrique. Il déclare : « Les pommes de terre génétiquement modifiées sont interdites au Pérou, alors pourquoi le CIP expérimente-t-il avec une pomme de terre en Afrique qui serait illégale dans son pays d'origine ? Le CIP devrait cultiver de bonnes relations avec les gardiens autochtones andins de la diversité de la pomme de terre, plutôt que d'encourager l'accaparement de la pomme de terre par les entreprises en soutenant la culture d'une technologie OGM risquée ». Il affirme en outre que « les peuples autochtones andins ont créé la pomme de terre et préservent sa diversité dans leurs champs. Ils sont la clé de l'avenir de la pomme de terre et il faut condamner le fait que la CIP porte atteinte à leurs droits ».

Le coordinateur national de PELUM Rwanda, Johnson Mwebaze, déclare : « Les agriculteurs rwandais travaillent sur des parcelles d’une surface une moyenne de 0,5 hectare - 80% cultivent moins d'un hectare. La plupart sont à flanc de colline et moins de 5 % sont irriguées, ce qui les rend inadaptées à une agriculture à niveau élevé d’intrants. Les données sur les rendements élevés de la pomme de terre génétiquement modifiée sont basées sur des essais dans des conditions totalement irréalistes, du moins pour l'agriculteur rwandais moyen aux ressources limitées ».

L'avocate ougandaise Barbara Ntambirweki commente : « Nous sommes scandalisés que l'Afrique puisse être amenée à cultiver une pomme de terre GM dérivée des IISN, ce qui pourrait ouvrir la voie au vol des connaissances et des ressources traditionnelles des paysans et des autochtones des Andes ».

La directrice du Centre africain pour la biodiversité, Mariam Mayet, qui a participé à diverses négociations internationales liées à la biodiversité, explique : « Le désaccord sur le partage des bénéfices pour les ISN a provoqué l'effondrement de négociations de six ans sur le Traité sur les plantes (le TIRPAA) qui visaient à remanier le système défaillant de partage des bénéfices du Traité. L’ISN reste une source majeure de controverse à l'ordre du jour de la Convention sur la diversité biologique. Il est certainement malveillant de la part du CIP de pousser une pomme de terre dérivée des ISN en Afrique ».

L'Alliance Andes-Afrique est composée de peuples autochtones et de groupes de petits exploitants représentant des milliers de producteurs et de gardiens de pommes de terre, d'organisations de la société civile et de sympathisants. L'Alliance rejette les cultures génétiquement modifiées comme solution aux défis alimentaires et rejette les systèmes alimentaires et semenciers dominés par les entreprises, en particulier comme prétendues solutions aux défis du changement climatique.

L'Alliance travaillera de concert pour promouvoir les systèmes alimentaires et semenciers autochtones et locaux ainsi que l'agroécologie comme la meilleure stratégie pour produire des aliments sains et nutritifs, tout en protégeant et en valorisant les écosystèmes. L'Alliance s'efforcera également de protéger les centres d'origine et la diversité des cultures, ainsi que le patrimoine bio-culturel qui s'y rattache. Cela implique de continuer à interdire les variétés génétiquement modifiées et de protéger les droits et les connaissances des agriculteurs autochtones, notamment en ce qui concerne les ISN.

CONTEXTE

Un document d’information t a été publié par l'Asociación ANDES, PELUM Rwanda et l'ACB, qui contient les perspectives des producteurs de pommes de terre andins, des informations sur les ISN et la pomme de terre génétiquement modifiée proposée pour l'Afrique de l'Est, ainsi que des recherches sur les milliardaires européens et américains qui soutiennent les pommes de terre génétiquement modifiées.

Vous pouvez lire le document ici.

Le Centre africain pour la biodiversité (ACB) à Johannesburg et PELUM Rwanda ont également publié récemment une étude qui décrit la situation des cultivateurs de pommes de terre au Rwanda qui, aux côtés des agriculteurs ougandais, sont la cible des promoteurs de pommes de terre génétiquement modifiées. L'étude de l'ACB/PELUM soulève des questions et des préoccupations essentielles concernant la pomme de terre génétiquement modifiée. Lisez ce document ici. Cliquez ici pour accéder au communiqué de presse en ligne. 

Vous pouvez lire Poussée en faveur de la pomme de terre génétiquement modifiéeen Afrique de l'Est ici.

Pour plus d’informations :

Asociación ANDES :                                         andes@andes.org.pe

Fondation Swift :                                             alejandro@swiftfoundation.org

Parque de la Papa :                                         pdp@andes.org.pe

Centre africain pour la biodiversité :              mariam@acbio.org.za

Pelum Rwanda :                                              pelumrwanda@ymail.com