Gene Drive Organisms in Africa: Civil Society Speaks Out

Gene Drive Organisms in Africa: Civil Society Speaks Out

On Monday 1st July 2019, Target Malaria announced the release of 6400 genetically modified (GM) sterile male mosquitoes in Bana, a village in Burkina Faso – the first GM insects to be released in Africa. This is Phase I – by Phase III, Target Malaria aims to release gene drive mosquitoes. Gene drives are based on species extinction technologies, in this case designed to eradicate wildlife and species.

This release occurred despite strong opposition from civil society in Burkina Faso, across the continent and the globe. In this short video, activists from Africa and their partners share their concerns regarding gene drive technology and explain how African governments have been captured by the Target Malaria project and the Gates Foundation’s deep pockets.

 

 

Links to related information

On 2 July, the ACB, together with 43 other organisations, issued a statement denouncing the release of these GM mosquitoes, a precursor to the release of gene drive mosquitoes.

May was a busy month. In the first week, the ACB, together with Alliance for Food Sovereignty in Africa, Copagen and Terre à Vie sent an open letter, Stop Risky GM Mosquito Releases: We have the right to say no, calling on the Gates Foundation-funded Target Malaria to stop the intended release of thousands of sterile male GM mosquitoes in Burkina Faso. Together with GeneWatch UK and the Third World Network, the ACB also released a briefing that describes the failure of GM mosquito releases to date, which was followed by another short briefing paper that explains the serious risks and complexities that GM mosquitoes pose to human health, the environment and society, followed soon after.

At the UN’s Convention on Biodiversity (CBD) meeting in Sharm El-Sheikh in November 2018, the proposed moratorium on the release of gene drives was rejected because consensus could not be reached. Countries that came out in strong support of the deployment of gene drives included principally the African regional negotiating bloc.

Tellingly, not only were 35 African delegates given lavish allowances from the Gates’ Foundation but the Gates Foundation funded the PR firm Emerging Ag Inc., used dirty tactics to recruit pro-gene drive scientists to skew the CBD’s decision-making process on gene drives.

The African Centre for Biodiversity (ACB) held a press conference at the CBD meet and subsequently critiqued the position taken by the AU and the African regional negotiating bloc.

As early as February 2018, ACB released a briefing paper regarding GM Mosquitoes in Burkina Faso, highlighting the ethical issues with these experiments. At that time, the ACB first challenged the African Union on their position in: Critique of African Union and NEPAD’s positions on gene drive mosquitoes for Malaria elimination.

A recent documentary film by ETC Group and Terre à Vie challenges claims by Target Malaria that they are focused on obtaining consent from affected communities.

 


Les organismes issus du forçage génétique en Afrique : La société civile s’exprime

Le lundi 1er juillet 2019, Target Malaria a annoncé le lâcher de 6400 moustiques masculins stériles génétiquement modifiés (GM) à Bana, un village du Burkina Faso ; ce sont les premiers insectes GM à être relâchés en Afrique. Ceci constitue la phase I du projet ; l’objectif de Target Malaria est de relâcher des moustiques issus du forçage génétique au cours de la Phase III du projet. Le forçage génétique repose sur des technologies visant l'extinction d'espèces, dans ce cas elles sont conçues pour une éradication d’espèces sauvages.

Ce lâcher a eu lieu en dépit de la forte opposition de la société civile au Burkina Faso, ainsi qu’à travers le continent et à l’échelle mondiale. Dans cette courte vidéo, des activistes d'Afrique et leurs partenaires partagent leurs préoccupations par rapport à la technologie du forçage génétique et expliquent comment des gouvernements africains ont été accaparés par le projet de Target Malaria et les poches profondes de la Fondation Gates.

Liens vers des informations connexes

Le 2 juillet, l'ACB, ainsi que 43 autres organisations, ont publié une déclaration dénonçant le lâcher de ces moustiques génétiquement modifiés, qui est précurseur d’un lâcher de moustiques issus du forçage génétique.

Le mois de mai a regorgé d’activités. La première semaine, l’ACB a, de concert avec l'Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique, de la Coalition pour la Protection du Patrimoine Génétique Africain (Copagen) et de Terre A Vie, envoyé une lettre ouverte intitulée Arrêtez les lâchers risqués de moustiques GM : Nousavons le droit de dire non, demandant au projet Target Malaria financé par la Fondation Gates de mettre fin au lâcher prévu de milliers de moustiques mâle stériles GM au Burkina Faso. De concert avec GeneWatch Royaume-Uni et le Réseau Tiers monde, l'ACB a également publié une note de synthèse décrivant l'échec des lâchers de moustique GM à ce jour, qui a été suivie peu de temps après d'un autre document d’information succinct qui explique  les complexités et les risques graves que les moustiques GM posent à la santé humaine, à l'environnement et à la société.

Lors de la réunion de la convention de l'ONU sur la biodiversité (CBD) à Sharm el-Sheikh en novembre 2018, le moratoire proposé sur le lâcher d’organismes issus du forçage génétique fut rejetée en raison de l’absence de consensus. Parmi ceux ayant appui fortement appuyé le déploiement du forçage génétique figurait principalement le bloc de négociation régional africain.

Chose révélatrice, non seulement 35 délégués africains ont reçu des allocations généreuses de la part de la Fondation Gates, mais la Fondation Gates au aussi financé la société de relations publiques Emerging Ag Inc., qui a eu recours à des tactiques sournoises pour recruter des scientifiques en faveur du forçage génétique afin de biaiser le processus décisionnel de la CBD eu égard au forçage génétique.

Le Centre africain pour la biodiversité (ACB) a tenu une conférence de presse lors de la réunion de la CBD et a par la suite critiqué la prise de position de l'UA et du bloc de négociation régional africain.

Dès février 2018, l’ACB a publié un document d'information portant sur les moustiques GM au Burkina Faso, soulignant les questions d’ordre éthique soulevées par ces expériences. À l’époque, l'ACB défia la prise de position de l'Union africaine une première fois dans : Critique des prises de position de l’Union africaine et du NEPAD eu égard aux moustiques issus du forçage génétique pour l'éradication du paludisme.

Un film documentaire récent réalisé par le groupe ETC et Terre A Vie défie les déclarations de Target Malaria selon lesquelles le consortium chercherait à obtenir le consentement des communautés affectées.